Communiqué de Nicolas Bay, député français au Parlement européen, président du groupe RN au Conseil régional de Normandie

“Sauf atteinte aux personnes ou atteinte grave aux biens (…) il n’y a pas lieu d’intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan” : à travers cette consigne aux policiers nationaux du Calvados, dans une note du 24 avril, le chef d’état-major de la Direction départementale de la sécurité publique du Calvados vient d’entériner que, sur le territoire français, la loi pouvait donc s’appliquer différemment dans les zones où la population musulmane est devenue majoritaire. C’est un événement grave et inacceptable.

Le directeur départemental, qui est donc la principale autorité policière du Calvados, réalise là l’objectif direct des factions islamistes à l’œuvre dans notre pays, qui ne peuvent interpréter cela que comme un signe de faiblesse voire un geste de soumission. Il offre aussi une forme d’immunité religieuse aux voyous qui voudraient œuvrer dans ces quartiers, placés à l’abri des interventions policières – hors atteinte aux personnes – pendant toute la période du ramadan.