Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Membre du Bureau exécutif du RN

En annonçant, avec des accents de fermeté, l’instauration probable de quotas d’immigration professionnelle, le gouvernement se livre à un exercice de communication qui relève de l’escroquerie politique.

En effet, depuis des années, seulement 10 à 13% des immigrés entrent dans notre pays pour y travailler. A titre de comparaison, en 2018, 35% des immigrés entraient dans notre pays au titre du regroupement familial, et 32% en tant qu’étudiants (le chiffre ne comptabilisant que les étudiants hors Union européenne) à travers un système que l’on sait largement détourné.

La simple évocation de ces proportions – sans même évoquer le dévoiement total du droit d’asile et l’immigration clandestine – permet de comprendre à quel point le gouvernement se moque des Français. Au final, ses fameux quotas n’auront d’effet que sur 10% de l’immigration légale dans notre pays !

Pourtant, la situation – gravissime – qui confine à la submersion migratoire et fait partie des principales préoccupations de nos compatriotes mériterait une tout autre réponse. En réalité, si le gouvernement voulait vraiment prendre le problème à bras-le-corps, ce sont des objectifs de retours au pays et d’expulsions qu’il faudrait instaurer.

Tout d’abord en rendant effective l’expulsion des clandestins, ensuite en renvoyant dans leurs pays les étrangers islamistes et en assurant la déchéance de nationalité française des naturalisés liés au djihadisme, en expulsant automatiquement les délinquants et criminels étrangers, en refusant le détournement total du droit d’asile et des visas étudiants, enfin en ne renouvelant pas les titres de séjour des étrangers entrés légalement dans notre pays, mais ne pouvant plus subvenir à leurs besoins et pesant lourdement sur nos comptes sociaux.

Cette politique est la seule à pouvoir répondre aux bouleversements en cours et à empêcher les désastres à venir, à pouvoir rétablir la paix civile dans notre pays en évitant la sécession de communautés étrangères sur des pans entiers de notre territoire.