Communiqué de Presse du Front National

Les propos du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, assurant qu’il n’y avait eu ni « prise d’otages ni séquestration » à l’Hôpital Nord de Marseille, après que le journal La Provence a révélé des faits d’une très haute gravité s’étant déroulés dans la nuit du 12 au 13 août, et étrangement passés sous-silence, participent de cette stratégie de minimisation systématique de la violence.

Après les statistiques faussées de la délinquance sous Nicolas Sarkozy, les négations du gouvernement au sujet des agressions lâches et barbares ayant entouré le dramatique « accident » de Brétigny-sur-Orge, Manuel Valls récidive en refusant de reconnaître cette agression scandaleuse à l’Hôpital Nord de Marseille. Par la même, le ministre de l’Intérieur fait fi du traumatisme des victimes et méprise le personnel soignant qui, par crainte de représailles, a renoncé à porter plainte, ce qui en dit long sur l’état de “l’ordre républicain” dans notre pays.

Le Front National exige que toute la lumière soit faite sur cet incident et demande le renforcement immédiat de la sécurité dans les services d’urgence des hôpitaux situés en zones sensibles et exposés, comme le reste du territoire, à une violence de plus en plus importante.