Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Co-Président du groupe « Europe des nations et des libertés »

En rassemblant près de 18% des suffrages lors des élections législatives d’hier, la formation EKRE (Parti populaire conservateur d’Estonie) parvient à presque tripler son score d’il y a quatre ans et devient la troisième force politique du pays. EKRE obtient ainsi 19 sièges, soit 12 de plus que dans le Parlement sortant.

Cette progression est d’autant plus spectaculaire que l’Estonie était réputée jusqu’alors pour son européisme assumé. Elle témoigne aujourd’hui à la fois de la révolte profonde d’un peuple contre des politiques fiscales injustes ainsi que de la volonté de protéger son identité et ses libertés. De très nombreux Estoniens refusent d’être livrés à une immigration massive synonyme d’insécurité et de rupture de l’unité nationale. Ils aspirent à la sécurité et à préserver leur culture, face à une Union européenne qui impose aux nations un modèle mondialiste dont l’accueil forcé de migrants est l’une des composantes.

À moins de trois mois des élections européennes, le succès inédit d’EKRE augure de belles victoires pour les défenseurs d’une Europe au service des peuples et des nations libres, en tous points opposée par ses valeurs et ses principes à l’actuelle Union européenne antidémocratique verrouillée par la Commission de Bruxelles.