Communiqué de Stéphane Ravier, sénateur des Bouches-du-Rhône

Hier à Nice, la France a encore été frappée par le terrorisme islamiste. Encore une fois, comme le 25 septembre à Paris, comme le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, c’est un immigré qui a commis l’attaque. Encore une fois, la politique d’accueil de la France, aveuglément généreuse, a coûté la vie à des Français. Plus explicite encore : le terroriste de Nice, un Tunisien, n’était présent en France que depuis quelques jours, après avoir transité par Lampedusa, comme des dizaines de milliers d’autres avant lui. Le principe de précaution doit désormais s’appliquer : on ne doit pas risquer une seule vie française pour des valeurs dévoyées. Nous devons nous protéger en stoppant l’immigration.

C’est pourquoi j’ai écrit à Michèle Rubirola, maire (EELV) de Marseille pour lui demander de retirer trois délibérations à l’ordre du jour du prochain conseil municipal le 9 novembre prochain.

Ainsi, la Maire souhaite faire adhérer Marseille à « l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants », subventionner l’association SOS-Méditerranée, dont les bateaux ont peut-être amené le terroriste de Nice chez nous, et engager « une démarche de contractualisation avec l’État afin d’améliorer les conditions d’accueil et d’intégration des réfugiés ».

Ces décisions sont de véritables incitations aux migrants clandestins à s’installer chez nous, et donc à ouvrir la porte à de potentiels terroristes !

Les Français et les Marseillais méritent mieux : ils ont besoin que l’on s’occupe d’eux et de leurs problèmes quotidiens. Les migrants attendront que les Français soient bien logés, protégés, aient un travail et des écoles décentes. Occupons-nous des nôtres d’abord : ce sont eux qui nous ont élus.