Communiqué de Stéphane Ravier, sénateur des Bouches-du-Rhône

En application de l’article 49, quatrième alinéa, de la Constitution, « le Premier ministre a la faculté de demander au Sénat l’approbation d’une déclaration de politique générale » par un vote. Cependant, comme chat échaudé craint l’eau froide, le gouvernement craint la désapprobation des sénateurs, à l’instar de la présentation d’Edouard Philippe le 13 juin dernier, et viendra « débattre » sans vote à l’issue.

Ce signal finit de nous convaincre que nous avons affaire à une équipe sans épaisseur, incapable d’obtenir la confiance des parlementaires qui portent la voix des territoires. Le nouvel exécutif mené par le Premier ministre Jean Castex continue à porter le mépris du Président Emmanuel Macron pour la démocratie, ses représentants et nos territoires.

Cette frilosité du gouvernement n’est pas à la hauteur des enjeux nationaux, économiques, identitaires et sécuritaires qui traversent notre société et qui appellent une réponse urgente, nouvelle et volontariste.

Il est à craindre que rien ne change et que tout s’aggrave dans les 600 prochains jours du quinquennat jupitérien.