Communiqué de Presse de Stéphane RAVIER, Conseiller régional de PACA, Membre du Bureau Politique du FN :

Il y a quelques semaines, le ministre de l’Intérieur « Claude Néant » était en représentation à Marseille pour tenter de contenir la légitime colère des habitants de la ville confrontés à une explosion de l’insécurité.

Son numéro d’enfumage effectué et les discours dissipés, la réalité est revenue au galop :

Le 2 juillet, un homme est abattu en plein centre-ville sur fond de trafic de drogue.
Le 7 juillet, un train de marchandises est la cible de « jeunes » assaillants qui immobilisent le convoi pour mieux le piller. Interrogée, la police avoue que ce type d’attaque est récurrent dans le secteur !
Trois jours plus tard, le 10 juillet, ce sont les marins-pompiers qui sont attaqués dans l’enceinte même de leur caserne par une bande de Cap-Verdiens armés de barres de fer et de couteaux. Plusieurs soldats du feu finiront à l’hôpital militaire !

Telle est la réponse de la voyoucratie faite au Ministre, et au maire de Marseille, qui dans les trois cas, a fait preuve d’un silence assourdissant !

Le pouvoir UMP, qui ne peut plus rien, opte pour la banalisation de l’ultra-violence pariant avec un cynisme avéré, que l’inadmissible finira par entrer dans le quotidien visuel et émotionnel des Marseillais.

Face à cet abandon, le Front National lui, ne capitule pas ; il reste déterminé à rétablir la sécurité en appliquant la « tolérance zéro » par l’augmentation des effectifs de Police, l’expulsion des délinquants étrangers, la construction de 40 000 places de prison.

Continuer à subir ou permettre à Marine Le Pen d’agir, c’est le choix que les Marseillaises et les Marseillais devront faire le 22 avril prochain.