Communiqué de Philippe Murer, économiste au cabinet de Marine Le Pen

La banque centrale européenne vient d’annoncer plusieurs mesures pour essayer de relancer l’activité économique en zone euro. En effet, la croissance, déjà très faible, s’amenuise et le risque est grand que la zone euro rentre de nouveau en récession.

Comme d’habitude, la BCE va favoriser outrageusement la Finance en la mettant au centre du jeu, et n’aide pas en premier lieu les créateurs de richesse que sont les entreprises et les salariés.

La mesure emblématique est le fait que les banques seront payées pour emprunter à 4 ans (mécanisme LTRO) ! Les particuliers en rêveraient pour acheter leur appartement, les entreprises pour financer leur investissement ou leurs besoins de trésorerie.

Puisqu’on aide l’économie uniquement en passant par les marchés financiers, le seul effet de ce programme sera probablement de supporter les bourses et les actifs financiers. Les entreprises continueront malheureusement d’être sevrées de prêts par les banques. Cela n’a aucun sens puisque c’est l’économie réelle qu’il faut relancer, pour permettre aux entreprises d’avoir des carnets de commande et aux Français au chômage de trouver un emploi.

Il aurait fallu pour cela mettre en place des mécanismes de création de monnaie pour relancer l’économie réelle et non la bourse : il faut créer de la monnaie pour lancer des projets utiles à tous les citoyens (isolation des bâtiments publics, prêts systématiques à taux 0 pour isoler les bâtiments privés, transition vers les nouvelles énergies renouvelables rentables, sécurité des réacteurs nucléaires, reconversion de l’agriculture etc.).

Favoriser outrageusement la Finance au détriment de tous les autres secteurs de l’économie semble être l’essence de la politique européiste depuis de très nombreuses années. Seuls, les citoyens pourront par leur vote mettre fin à ce scandaleux état de favoritisme permanent de la Finance sur tous les autres acteurs de l’économie.