Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Vice-Président du groupe « Identité et démocratie »

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg ce jeudi 24, vient d’infliger un cinglant revers aux forces pro-migrants. Ce sont surtout les ONG agissant en Méditerranée qui sont les plus désavouées.

La résolution « Opérations de recherche et sauvetage en Méditerranée », portée par les socialistes et le groupe Renew, les alliés d’Emmanuel Macron, a été rejetée sur le fil. La gauche et les libéraux avaient pourtant reçu en grande pompe, début octobre à Bruxelles, la capitaine du Sea Watch Carola Rackete. Cette dernière avait forcé en juin dernier le blocus des ports italiens mis en place par notre allié Matteo Salvini, dans le but de débarquer toujours plus de migrants en Europe.

Ce vote très serré démontre que le rôle du Rassemblement National et de ses alliés est désormais déterminant. Aujourd’hui, le Parlement européen a mis Mlle Rackete et ses amis en garde. En agissant au plus près des côtes libyennes, parfois jusque dans les eaux territoriales, ces ONG font le jeu des trafiquants d’êtres humains. Leur agenda n’est pas humanitaire, mais politique : ils veulent imposer l’immigration massive à l’Europe !

Notre groupe Identité et Démocratie a proposé une résolution alternative, rappelant que les États souverains sont les seuls à pouvoir gérer le sauvetage en mer. L’unique façon de stopper l’immigration illégale et de mettre fin aux morts en mer est d’empêcher les bateaux de quitter les côtes africaines.