Communiqué de presse de Philippe Loiseau et Edouard Ferrand députés français au Parlement européen, membres de la commission agriculture et développement rural

Alors que le gouvernement Valls avait promis de soutenir l’agriculture bio, les producteurs de cette filière ont appris que faute de financement de l’Union européenne, les derniers 25% prévus par la PAC pour reconnaissance pour les bienfaits environnementaux de la bio ne seront pas versés. Ceci mettant en péril certaines exploitations. Le bio français est pourtant une filière à développer, synonyme de nourriture saine mais c’est aussi un atout important pour le développement des circuits de proximité. Les socialistes et leurs alliés Verts préfèrent sans doute le bio importé….

Une fois de plus le gouvernement ne tient pas ses promesses. Cela prouve la soumission de notre pays aux décisions de Bruxelles. Et il est à craindre que ces défauts de paiement touchent à moyen terme d’autres secteurs de notre agriculture déjà mise à mal par la PAC.

Comme l’affirme depuis de nombreuses années le Front national, il est indispensable que notre pays retrouve sa souveraineté, sans laquelle il n’y a ni liberté ni indépendance. Il est urgent de mettre fin aux diktats de la PAC en la remplaçant par la Politique Agricole Française, seule solution pour que nos agriculteurs retrouvent dignité et revenus décents et que l’Etat puisse soutenir et développer les filières. Elle permettra à un Etat stratège libéré des contraintes de l’Union européenne de mener une politique dans l’intérêt de nos compatriotes.

N’en déplaise à Mr Valls, le Front national est bien le seul défenseur de notre agriculture !