Communiqué de presse du Front National

La Présidente du Front National et député au Parlement européen, Mme Marine Le Pen, accompagnée du député Aymeric Chauprade, membre de la commission des Affaires étrangères au Parlement européen, effectue une visite de plusieurs jours en Egypte.

Le jeudi 28 mai au matin, lors d’un entretien à l’Université d’Al Azhar au Caire, avec le Grand Imam Mohammed El Tayeb, plus haute autorité religieuse du monde arabe sunnite, elle a salué le combat sans failles du Président égyptien Sissi contre l’extrémisme et le terrorisme et l’importance que revêt, dans les années à venir, le partenariat stratégique entre la France et l’Egypte.
Avec la plus grande clarté, elle a affirmé que le Front national est attaché à la liberté des cultes dans les limites des lois et traditions françaises.
Marine le Pen et le Grand Imam d’Al Azhar ont exploré ensemble les voies possibles d’une future coopération contre les salafisme et tous les courants radicaux de l’islam. L’entretien de plus d’une heure a aussi permis au Grand Imam de découvrir le véritable projet politique de Marine le Pen et contribuera à gommer les effets malheureux de la désinformation médiatique dans l’esprit de nombreux musulmans du monde.

Nommé en 2010 par l’ancien président Moubarak, le cheikh El Tayeb est considéré comme l’autorité sunnite la plus modérée d’Egypte. Il s’est opposé fermement aux Frères musulmans sous la présidence islamiste de Mohammed Morsi, et soutient une vision éclairée du rôle des femmes dans la société musulmane. Il a apporté son soutien au Président Sissi dès son élection en 2014 et tient un discours clair et ferme contre l’extrémisme.

Les convergences de vue entre la Présidente du Front National et la plus Haute Autorité sunnite du monde arabe sont multiples : l’importance vitale des 10 millions de chrétiens coptes, descendants directs de l’Egypte des Pharaons, et qui paient un lourd tribut à l’intolérance islamiste ; le rôle d’équilibre que doivent jouer la France et l’Egypte dans les conflits du monde arabe (conflit israélo-palestinien, conflit entre chiites et sunnites…) ; le rôle stabilisateur que l’Egypte peut avoir en Libye face à la double menace de l’émiettement étatique et du radicalisme islamiste ; l’importance de dissuader les populations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient d’abandonner la terre de leurs ancêtres pour un avenir sans débouché en Europe.
A l’issue de cet entretien, l’Université Al Azhar a fait visiter à Marine Le Pen l’Observatoire de l’extrémisme islamiste dans le monde qui sera inauguré prochainement.

Le jeudi 28 mai en début de soirée, après une visite à la rencontre des Egyptiens dans des lieux de vie du Caire, Marine Le Pen a été reçue au Patriarcat copte, par le Pape copte Théodore II auquel elle a fait part, à la fois de son émotion à pouvoir saluer le successeur direct de Saint-Marc sur le trône d’Alexandrie, et de sa très vive inquiétude pour les Chrétiens d’Egypte, de Syrie et d’Irak.

Elle a assuré le Pape que, Présidente de la République française, elle rendrait à la France sa vocation historique, sa mission protectrice des chrétiens d’Orient. Très chaleureux, le Pape copte a insisté sur l’importance du lien entre la France et l’Egypte depuis l’Expédition fondatrice de Bonaparte et sur l’espoir qu’il mettait dans le peuple français à rester fidèle à sa vocation historique.

En choisissant l’Egypte, civilisation de la longue durée et nation farouchement indépendante, comme premier pays arabe visité, Marine Le Pen entend ainsi manifester son soutien au Président Sissi dans sa lutte sans failles contre les islamistes, et poser les bases du renouveau d’une grande politique arabe de la France, puissance indépendante dans un monde multipolaire, soucieuse d’un retour à la paix entre les chiites et les sunnites, protectrice des chrétiens d’Orient, et aussi fière sa propre civilisation que le sont les Egyptiens de la leur.