Communiqué de Presse de Philippe Martel, Tête de liste FN-RBM 18ème arrondissement

“A bas toute autorité”, “Ni Dieu, ni État”, “Feu aux chapelles”. Voilà les slogans tagués cette nuit sur la Basilique de Montmartre.

Il fut un temps où la République luttait contre les mouvements anarchistes. Ce n’est manifestement plus le cas aujourd’hui, le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, pourtant en charge des cultes, n’ayant toujours pas réagit à cette profanation aussi scandaleuse que stupide.

Mais faut il s’étonner que l’on en arrive là dans un pays où les Femen, qui s’attaquent régulièrement à des édifices religieux, trouvent l’asile politique, ou le Maire de Paris et sa Première adjointe célèbrent à l’Hôtel de Ville la fin du Ramadan et où le leader des communistes au Conseil de Paris, Ian Brossat, souhaitait récemment le remplacement du Sacré-Coeur par un “espace de solidarité” ?

C’est bien tout un climat anti-chrétien qui favorise de tels comportements.

Faudra t-il attendre que des violences physiques surviennent pour que l’État se décide à prendre les choses en main ? En ce deuxième anniversaire du monstrueux massacre perpétué par Mohammed Merah contre les fidèles d’une autre religion, on est en droit de s’interroger.