Communiqué de Stéphane Ravier, Sénateur des Bouches-du-Rhône

Deux policiers municipaux marseillais, qui avaient tiré sur un chauffard « connu des services de police » leur fonçant dessus, ont été mis en examen pour violences volontaires avec arme.

J’apporte bien évidemment mon soutien à ces deux policiers, ainsi qu’à l’ensemble de la police municipale de Marseille. Nos policiers sont confrontés tous les jours à la racaille, aux trafiquants de drogue et à l’ultraviolence : il est incompréhensible que ces deux agents soient ainsi traités comme des criminels, alors qu’ils n’ont fait que défendre leur vie.

Nous voyons une nouvelle fois que c’est une véritable présomption de culpabilité qui est infligée à nos forces de l’ordre, qu’il s’agisse de la police municipale ou de la police nationale.

C’est injuste et humiliant pour les policiers, qui ont pourtant besoin d’être soutenus matériellement, mais aussi moralement, comme le rappellent tragiquement les vingt-neuf suicides qui ont endeuillé la police nationale cette année.

Ce soutien moral, la mairie de Marseille se garde bien de l’exercer. Ni le maire Jean-Claude Gaudin, ni son adjointe à la sécurité Caroline Pozmentier n’ont pris la parole pour défendre leurs agents. Consternant mais pas étonnant.

Afin de mettre un terme à cette présomption de culpabilité insupportable, je déposerai dans les prochains jours une proposition de
loi au Sénat pour que les policiers nationaux et municipaux et les gendarmes bénéficient d’une présomption de légitime défense.