Communiqué de presse de Philippe Vardon, Membre du Bureau national du Rassemblement National, Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Responsable du Bassin niçois

Après Lyon, puis Marseille mardi, c’est aujourd’hui à Nice que les ambulanciers sont mobilisés contre la modification de l’article 80 de la loi de financement des transports sanitaires. La pierre angulaire de cette reforme revient à priver les patients du libre choix de la société d’ambulance les transportant.

Cette modification est un tremblement de terre pour toute une profession qui voit ses règles et ses habitudes changer drastiquement et cela sans la moindre concertation réelle, loin de la réalité du métier. Cette évolution pourrait entraîner la disparition de plus de 5 800 entreprises dans le secteur des transports sanitaires !

J’ai pu mesurer à travers mes rencontres avec plusieurs ambulanciers, dirigeants comme employés, l’incertitude dans laquelle ce bouleversement de leur profession les plonge. Cette modification qui aura pour conséquence la réduction de la liberté d’entreprendre, la création d’un oligopole contrôlé par des géants de la santé et la déshumanisation de ce beau métier. Si rien n’est fait, les ambulanciers de demain seront réduits à de simples chauffeurs livreurs ayant pour seule mission de conduire un client (et non plus, dans une vision devenue uniquement marchande, un patient) d’un point A à un point B.

Les députés du Rassemblement National ont voté contre la Loi de financement de la sécurité sociale portant notamment cette mesure. Ce métier est avant tout un métier de passion et de lien social. Les ambulanciers sont partie intégrante dans le processus de prise en charge des malades au même titre que les personnels hospitaliers ou les médecins. Face à la dérégulation de leur profession et à la concentration entre les mains des grands groupes, les ambulanciers indépendants doivent être soutenus dans leur juste mobilisation !