Condamné à 15 ans de réclusion pour le meurtre sauvage de sa compagne, un homme est revenu habiter à Fives, (Nord) non loin du quartier de la mère de la victime.

Cet individu reconnu pourtant dangereux selon une première expertise psychiatrique a bénéficié d’une libération conditionnelle au bout de 8 années de prison.

Cette libération incompréhensible au vu de la gravité des faits, décidée par le tribunal d’application des peines et contre l’avis du parquet, témoigne de l’insupportable légèreté des décisions prises par certains magistrats au mépris de la douleur des victimes et de la dangerosité avérée des criminels.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, apporte tout son soutien à Annick de Muer qui après avoir vécu l’insoutenable assassinat de sa fille se voit aujourd’hui obligée de supporter au quotidien les conséquences de cette décision de justice.

Marine Le Pen appelle les pouvoirs publics à agir au plus vite pour mettre fin à ces situations intolérables pour les familles des victimes en autorisant la présence de ces dernières dans les commissions chargées d’étudier les demandes de libération conditionnelle et à adopter le principe d’injonction civile qui interdit aux personnes condamnées par la Justice à se rendre dans certains territoires.