Communiqué de Maxette Pirbakas, Député français des Outre-mer au Parlement européen, Commissions Agricole, Pêche et régions ultrapériphériques

Mes chers ultramarins,

Je vous communique un bilan de mes actions parlementaires durant cette semaine, et notamment pour vous dire que je me penche sur le dossier du Poséi qui est important à destination des Doms.

Pour rappel, la Commission européenne envisage depuis 2 ans cette baisse. Le budget du Poséi, “Programme d’Options Spécifiques à l’éloignement et à l’Insularité”, aujourd’hui menacé de baisser de 3,9%, pour la période de programmation 2021-2027, ce qui reviendrait à une perte d’environ 10 à 15 millions d’euros pour les 5 départements ultramarins français que sont la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, la Guyane et Mayotte.

Ce budget sert pourtant à l’amélioration de la compétitivité économique et technique des filières agricoles pour les agriculteurs Domiens.

Le mois dernier, j’ai réuni, de nombreux députés européens de plusieurs nationalités de mon groupe, afin de les sensibiliser et de se battre ensemble pour le maintien du Poséi, ce combat a d’ailleurs fait consensus entre les groupes et les députés européens, au-delà de mon groupe Identité et Démocratie.

Nous avons voté au sein du Parlement européen pour ce maintien, ce premier combat est gagné. Il faut dorénavant que la Commission européenne et le Conseil, qui réunit les Ministres des Etats membres, votent favorablement pour ce maintien du Poséi.

De la même manière sur la pêche, je me bats pour que le FEAMP, le « fonds européen pour les affaires maritimes de la pêche », soit maintenu afin de compenser le surcoût de production des pêcheurs ultramarins.

Je suis intervenue dans l’hémicycle par rapport à la problématique du plan de relance dans les Outre-Mer à plusieurs reprises, sans oublier les restaurateurs, les hôteliers, le BTP, le tourisme, les transporteurs, le monde du spectacle, car leurs chiffres d’affaires ont baissé de plus de 50% ; sans réaction ce sont des milliers d’emplois directs et indirects qui sont menacés et des entreprises en faillites dans nos îles.

Par anticipation, j’ai demandé une suppression réelle des charges fiscales et sociales pour que les entreprises ultramarines se relèvent, et j’ai posé une question orale au Commissaire à l’Agriculture, M. Janusz Wojciechowski, dès le mois juillet et une question au commissaire à la Santé, Mme Stella Kyriakides, le 21 septembre concernant le Covid, afin de mobiliser un plan de relance européen en faveur des ultramarins.

Je ne lâche rien et je suis là avec vous !