Communiqué de presse de Jean-Paul Garraud Député français au Parlement européen Président de l’Association Professionnelle des Magistrats et Nicolas Bay Député français au Parlement européen Conseiller régional de Normandie.

La Commission européenne a présenté, ce mardi 27 avril, une stratégie visant à développer « les retours volontaires » des clandestins et déboutés du droit d’asile en Europe avec l’aide de Frontex. Au-delà de l’effet d’annonce et des mots durs, le document révèle surtout qu’il s’agira d’une énième pompe aspirante.

 Depuis plusieurs années, les bureaucrates européens préfèrent les « retours volontaires ». La commissaire européenne chargée des affaires intérieures, Ylva Johansson affirme même qu’ils « sont toujours la meilleure option ». Dans cet esprit, la nouvelle stratégie a donc pour but de permettre un « retour volontaire » du début à la fin de la procédure d’expulsion… avec en prime une allocation de départ !

 Cette proposition consiste donc à monnayer, sur le dos des Européens, ces retours volontaires tout en limitant les expulsions forcées, pourtant indispensables à une vraie politique migratoire. En financiarisant le retour des clandestins entrés illégalement dans l’espace européen, Bruxelles va donc créer une nouvelle pompe aspirante de l’immigration et dilapider un peu plus l’argent du contribuable. 

 Après le terrible attentat de la Basilique Notre-Dame de Nice et le meurtre de la policière Stéphanie Monfermé, on reste sidéré par l’approche angélique de la question par la Commission. Cette nouvelle stratégie s’inscrit dans la lignée du « pacte sur la migration et l’asile » proposé par Bruxelles, véritable usine à gaz qui masque mal la volonté de répartir les migrants sur le sol européen, elle ressemble plutôt, quand on y regarde de près, à une reddition. 

 Les solutions sont pourtant nombreuses : sanctions diplomatiques et économiques contre les pays qui refusent de reprendre leurs clandestins ; retour volontaire possible uniquement dans les premières 48h de la rétention afin que cela ne devienne pas une option de secours en cas d’expulsion inévitable, mais un vrai choix ; intransigeance absolue aux frontières extérieures ; refonte intégrale de la politique d’asile pour tarir les flux migratoires. 

La sécurité des Français et des Européens exige de faire preuve de la plus totale fermeté !