Communiqué de Jean Messiha, Délégué National du Rassemblement National

Le mercredi 27 février 2019 pourrait marquer la disparition d’une des dernières oasis dans le désert de la sidérurgie française.

Depuis des mois, les 281 salariés de l’usine de Saint-Saulve dans le valenciennois vivent dans l’angoisse, au gré des séances de la chambre commerciale du Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, où ne se sont présentés que de rares repreneurs. Pour finir, les pouvoirs publics ont adoubé un acteur improbable : la société Altifort.

Soutenue par le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, et davantage encore par le Président de Région Xavier Bertrand, cette solution s’est effondrée la semaine dernière avec le forfait du « repreneur » qui aurait « trompé tout le monde » selon les mots du ministre.

En réalité, il n’y a pas eu tromperie mais de l’incompétence ou au mieux un incroyable amateurisme.

Altifort est une entreprise moyenne de 4 ans d’existence (oui 4 ans seulement !) et dont le capital s’élève à 23 millions d’euros, avec en face des dettes non négligeables. Dans le cadre du projet de reprise et de redressement d’Ascoval, dont le coût financier s’élève à 150-200 millions d’euros, elle apportait uniquement 10 millions et disait pouvoir obtenir 25 millions d’un fonds spéculatif espagnol. Le reste devant venir de l’Etat, de la Région et des collectivités sous forme d’avances ainsi que des banques sous forme de prêts. Une goutte de capital et une montagne de dettes pour financer la reprise et le redressement d’une activité déjà fragilisée par la crise de l’acier.

Tout cela est une gigantesque farce qui n’aurait pas même abusé un jeune diplômé d’école de commerce. Elle serait drôle si elle n’avait pas « trompé » un ministre issu de cette caste qui nous toise depuis des années du haut de sa « compétence ».

La solution au drame d’Ascoval comme celui de Ford Blanquefort n’est pourtant pas très compliquée.

Dans un cas comme dans l’autre il y a un bel outil industriel, des équipes de direction et de production compétentes et une clientèle nombreuse et fidèle ; le problème vient d’un capital privé rivé sur les « start-up » chères à Emmanuel Macron et qui ne s’intéresse guère à des activités qu’il préfère voir prospérer en dehors de France.

C’est donc l’Etat stratège avec son bras financier qu’est la Banque Publique d’Investissement qui doit frapper fort au lieu de bricoler des schémas pour le moins acrobatiques. Reprendre le site, le moderniser avec du capital public, le redresser économiquement pour le céder enfin, au bout de quelques années, à des industriels fiables avec, potentiellement, une plus-value à la clé.

Ce n’est que du bon sens, le nôtre, celui d’un parti, le Rassemblement National, qui sera prêt à consacrer de l’argent public pour que vive une industrie française pérenne, ainsi que les territoires et les hommes qui en dépendent. Bref, pour que vive la France !