Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement National

Il faut décidément s’attendre à tout avec le gouvernement d’Emmanuel Macron et surtout au pire.

Quelque 67 500 personnes handicapées en couple seront exclues de la revalorisation exceptionnelle de l’Allocation adulte handicapé (AAH) qui entrera en vigueur le 1er novembre.

Effectuer un tri et opérer une discrimination entre des personnes souffrant d’un handicap est moralement et humainement inacceptable tant ces blessés de la vie devraient pouvoir bénéficier d’une pleine et entière solidarité nationale.

La revalorisation d’à peine 40 euros de l’Allocation adulte handicapé (qui passera de 860 à 900 euros/mois) est déjà en soit une mesquinerie quand on connaît les difficultés grandissantes et persistantes que rencontrent ces personnes en situation de handicap notamment dans les domaines du logement et de l’emploi.

Priver ainsi 67 500 personnes handicapées de cette modeste revalorisation au nom d’une austérité de plus en plus étouffante, est d’autant plus inacceptable que ce même gouvernement refuse obstinément de mettre fin au budget exponentiel de l’Aide médicale d’Etat versée aux clandestins, consacre chaque mois 42 millions d’euros au seul titre de l’Allocation pour demandeur d’asile et rechigne à s’attaquer sérieusement et efficacement à la fraude sociale estimée entre 7 et 9 milliards d’euros.

Ce énième coup de rabot après celui visant à tenter de supprimer l’exonération de charges patronales pour les personnes âgées de plus de 70 ans employant une aide à domicile, doit être immédiatement abandonné.