L’Art contemporain des FRAC, l’imposture la plus aboutie du capitalisme spéculatif !

Tribune de Thibaut de La Tocnaye, conseiller régional PACA, membre du Bureau National Précisons d’emblée pour les néophytes et afin de prévenir tout procès en cuistrerie, qu’il ne s’agira pas là de traiter ni de l’Art moderne ni même de l’Art contemporain au sens académique, qui regroupe toutes les créations depuis l’après-guerre. Non, nous parlons ici d’un Art contemporain bien identifié, pudiquement appelé « Arts visuels ». C’est celui d’Anish Kapoor et son « Vagin de la Reine » exposé à Versailles ou celui de Paul McCarthy et son « Etron géant » ou son « Plug anal verdâtre » envahissant la Place Vendôme.

Par |2018-03-21T16:12:04+02:0021 mars 2018|Tribunes libres|
Go to Top